Appel à communications: “Les fêtes dans les Amériques : histoire et dynamiques contemporaines”

Appel à communications
“Les fêtes dans les Amériques :
histoire et dynamiques contemporaines”
13-15 octobre 2022

LIEU

Auditorium Georges Dumézil de la Maison de la Recherche, INALCO. 2 rue de Lille, 75007 Paris (13-14 octobre) Campus Condorcet, Bâtiment EHESS, A102 (salle du Cespra) (15 octobre)

MOTS-CLÉS
Fêtes ; musique ; danse ; Amériques ; interdisciplinarité ; histoire connectée ; anthropologie comparative ; performance studies.

ÉQUIPE ORGANISATRICE

Marie Chosson, maîtresse de conférences en anthropologie et ethnolinguistique à l’INALCO
Anath Ariel de Vidas, anthropologue et directrice de recherches au CNRS
Aurélie Godet, maîtresse de conférences en histoire des États-Unis à Nantes Université
Federico Lifschitz, doctorant en anthropologie à l’EHESS
Françoise Martinez, professeur d’histoire et civilisations de l’Amérique latine à Sorbonne Université

TEXTE DE CADRAGE
L’étude des pratiques festives et de leurs avatars concerne un large spectre d’approches, de méthodes et de réflexions menées en sciences humaines, qui touchent notamment aux domaines du politique, du religieux, de l’économique et du culturel. Cette nature hétéroclite de la fête en tant que « fait social total » résonne toujours en écho au moment historique où elle se tient. En particulier, les différentes sphères qui s’expriment sous une forme festive se transforment au gré de processus sociaux liés notamment à la mondialisation et aux phénomènes migratoires, qui mettent en mouvement des populations, des produits, des idées, des influences.
Le continent américain, particulièrement riche en histoire festive, qu’elle soit locale, nationale ou encore multinationale, carnavalesque, religieuse ou civique multiplie les célébrations qui passent par ces transformations de sens, de motivations, de formes et de rayonnement. C’est autour du sens de ces transformations, des avatars de ces fêtes et des enjeux sociaux et politiques qui leur sont liés que nous souhaitons travailler dans le cadre de ce colloque.

L’importance de la recherche actuelle sur les fêtes, ainsi que leur diffusion sous forme d’ateliers, répond à une nécessité partagée par plusieurs chercheur·e·s de différentes formations disciplinaires (histoire, anthropologie, sociologie) qui s’investissent depuis un certain temps dans cette thématique. Ces phénomènes collectifs, en assumant des nouvelles fonctions et significations à l’échelle locale, révèlent des transformations à d’autres échelles qui peuvent être difficilement comprises de façon isolée. En Amérique en particulier, il s’agit de réfléchir à ce qui, à travers la fête, fait l’unité d’un groupe – qu’il soit local, régional, national ou multinational (on pense aux migrants par exemple) – et exalte ses différences par rapport à d’autres. S’agissant de l’histoire des fêtes et des pratiques festives depuis la proclamation des indépendances, les nations américaines, tout comme les communautés locales y ont vu des façons de construire un ensemble de caractéristiques propres qui symbolisaient leur unité proclamée et qui disaient cette différence en même temps qu’elles signifiaient, aussi, la permanence de ce collectif dans le temps et à travers l’histoire.

S’il existe un nombre non négligeable d’études ethnographiques ou d’histoires monographiques sur telle ou telle fête ou célébration particulière, les pratiques et les transformations de ces fêtes américaines dans le long terme sont plus rares, et les perspectives comparatives et pluridisciplinaires quasi inexistantes. Il ne s’agit pas de nous précipiter dans l’enthousiasme comparatiste des années 1970-80 mais plutôt d’être attentifs aux critiques de l’école allemande qui a montré les limites et les écueils du comparatisme et de nous emparer notamment de l’approche néo-comparatiste développée dans les années 1990 qui privilégie la comparaison de structures récurrentes dans les faits analysés. Nous souhaitons ainsi trouver une échelle d’analyse plus ample et plus subtile que les échelles nationales ou locales trop limitatives pour mesurer des constantes continentales, des perméabilités et peut-être au final des spécificités américaines. Nous adopterons une perspective d’« histoire connectée » qui nous amènera à combiner les approches, les sources, les méthodes, au service d’une meilleure compréhension des fêtes dans les Amériques, de leurs histoires, de leurs enjeux sociaux et politiques et de leurs pratiques.

Le partage de connaissances entre chercheur·e·s dans le cadre de ce colloque offrira l’occasion de mieux comprendre les objets d’études de chacun·e à la lumière des transformations que d’autres ont relevées ailleurs, en s’enrichissant de leurs interprétations. Cet événement permettra ainsi la diffusion des résultats de différentes recherches menées sur les fêtes dans les Amériques auprès de la communauté scientifique déjà engagée sur ces réflexions. Il fera avancer ainsi les travaux et recherches en cours et pourra, par ailleurs, s’adresser à un public plus ample, curieux de confronter les approches d’un tel objet de recherche dans l’aire
américaine.

Parmi les nombreuses thématiques qui pourront être explorées du colloque, citons les suivantes :

Fête et politique, politiques festives
– Institutionnalisation de la fête dans la longue durée
– Systèmes politico-festifs à l’échelle locale, nationale et transnationale
– Les fêtes face à l’événement et aux conjonctures politiques (carnaval et dictature, carnaval et révolution)
– Fêtes civiques et construction des identités nationales

– Les fêtes dans les politiques culturelles

Économie de la fête et échanges festifs
– Commercialisation et touristification des fêtes, festivalisation de l’espace public urbain
– Systèmes d’échange en milieu festif
– Le « travail » festif
– Matérialité de l’organisation des festivités en milieu urbain (coopération, compétition)

Fêtes et religions
– Système de cargos et fêtes patronales
– Confréries catholiques et afro-catholiques
– Églises spiritualistes et pratiques carnavalesques
– Symbolisme rituel : relations avec les non-humains environnants

La fête mondialisée
– Transferts festifs dans la longue durée (XVIe-XXIe siècles)
– La fête migrante (reproduction et transformation des fêtes par des diasporas à l’étranger, en milieu rural ou urbain)
– Phénomènes de patrimonialisation et le rôle de l’UNESCO
– Fêtes et diplomatie culturelle
– Fêtes et célébrations en temps de crises (épidémies, guerres, crises économiques)
– Politiques de l’archive et conservation de l’éphémère
• Culture matérielle des fêtes et leur archivation
– Ethnomusicologie
– Ethnoscénologie
– Masques et costumes
– La forme « festival »
– Politiques de l’archive et conservation de l’éphémère

Les propositions de communication, d’une longueur de 500 mots maximum (hors titre) et accompagnées d’une courte biographie et de 5 mots clés, devront être envoyées à l’adresse courriel suivante : colloque.fetedanslesameriques@gmail.com) d’ici le 15 mai prochain.

La langue de travail du colloque sera le français, mais nous acceptons également des propositions en anglais, espagnol et portugais.

Les organisateurs.rices informeront les auteurs.rices de la décision du comité scientifique au plus tard le 31 mai 2022. Le programme du colloque, tout comme les informations logistiques nécessaires aux participants (inscription, voyage, logement), seront communiqués ultérieurement. Nous demanderons aux auteurs dont la proposition aura été retenue de nous faire parvenir leur texte avant le 1er septembre afin de faciliter la tâche des président.e.s de séance et de favoriser les échanges lors du colloque. Une publication est d’ores et déjà prévue sous la forme d’un numéro de revue.

NB : Nous aimerions exposer pendant le colloque des photographies illustrant les différentes fêtes étudiées par les participants et projeter une série de courts films documentaires. Aussi, n’hésitez pas à nous faire parvenir une photographie que vous estimez représentative de votre travail de terrain, ou d’éventuels films ethnographiques (montés et sous-titrés) que vous auriez réalisés.

Recherche

Menu principal

Haut de page